Quelle forme pour Une bouteille à la mer ?

Publié le 23 Août 2013

Le premier numéro de Une bouteille à la mer est un véritable fanzine ; mise en page maison, imprimé puis photocopié, agrafé avec amour par nos mains puis enfin envoyé et distribué comme on a pu dans l’espoir d’être vu et lu. J’ai déjà dit tout l’amour que j’ai pour l’objet fanzine. À l’heure où nous finalisons le numéro deux des questions se posent à nous autour de la forme à donner à Une bouteille à la mer.

Mais imprimer soi-même, envoyer soi-même, monter soi-même chaque édition d’Une bouteille à la mer et peut-être bientôt dessiner soi-même chaque couverture représente un coût qui nécessite que l’on vende suffisamment de numéro pour espérer amortir les coûts de fabrication. Nous sommes tous auteurs débutants ou amateurs plus bohèmes que banquiers et il nous faut trouver un modèle viable pour faire vivre la bouteille à la mer. Vendre le fanzine est la chose la plus logique, mais vendre un fanzine peut aussi être un frein.

Dans le concept d’un fanzine il y a une grosse part d’underground, une envie de partage et une idée de liberté qui pourraient être bridés par la marchandisation de nos écritures. Ensuite l’aspect « informel » - même si terriblement charmant - de l’objet peut refroidir certains acheteurs potentiels par exemple. Mais surtout nous ne sommes pas connus, nous ne possédons pas encore de réputation ni une grande fan base ou un grand réseau. Alors, nous avons pensé à faire une version numérique de notre fanzine Une bouteille à la mer, le premier numéro est disponible sur Amazon d’ailleurs, mais il y a encore trop peu de personne qui lisent sur support numérique - mais je suis sûr que ça changera -. Nous pourrions aussi faire appel à des sites d’édition qui permettent de vendre un produit littéraire qui aurait un rendu final plus professionnel et plus lisse, mais qui nécessiterait de vendre chaque numéro à un prix un peu plus élevé. Ou alors nous pourrions faire appel aux sites de crowdfunding pour financer le développement de notre projet.

Chaque forme, numérique, fanzine, livre, possèdent avantages et inconvénients et il est difficile pour nous de faire un choix. Alors la meilleure chose à faire c’est de vous poser la question à vous, fidèles ou futurs lecteurs :

Qu’elle serait selon vous - ou par expérience si vous aussi vous écrivez et publiez - la forme la plus judicieuse à adopter pour Une bouteille à la mer ?

Dans les pages du premier numéro de Une bouteille à la mer

Dans les pages du premier numéro de Une bouteille à la mer

Rédigé par Une bouteille à la mer

Publié dans #La vie de la bouteille

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article